Orezza : une montre de poche artisanale aux standards de finition de la Haute-Horlogerie

Seule la gravure de la lunette a été sous traitée, ce qui ne sera plus le cas sur les montres en commande.

Chaque montre est unique car le cadran, poli et découpé à la main ne présente jamais les mêmes dispositions d’inclusion et permet à la demande de privilégier telle disposition ou telle rapport de couleur.
Le boitier : en trois parties est également tourné à la main, sans recours aux machines à commande numérique.
Le pendant : en deux parties vissées est lui aussi réalisé à la main. Boitier et pendant sont dorés.

Les possibilités de personnalisation sont alors infinies, tant au niveau du travail du boitier, de sa matière et de ses finitions, qu’au niveau du cadran, des aiguilles, voir du mouvement.

La base mécanique :

Il s’agit d’un mouvement mécanique à remontage manuel Unitas 6497 fabriqué en Suisse.
Ces mouvements sont connus depuis des décennies pour leur simplicité et leur robustesse.
Extrêmement répandus, ils permettent des interventions d’entretien ou de réparation faciles.
Il est juste enrichi dans sa finition d’un nouveau rochet dont la denture est polie.

P1120540

 

Le module de seconde morte :

Le caractère innovant du mécanisme de seconde morte Petra Nativa réside dans le fait qu’il s’agit d’un module. En effet la complication Seconde Morte est traditionnellement constituée d’un mécanisme dédié, dont la base est modifiée profondément pour pouvoir accepter soit un mécanisme breveté, soit s’appuie sur la traditionnelle structure, plus ou moins revisitée ou enrichie du double barillet et du train indépendant de rouage de seconde morte.
Le module se compose de deux ensembles, installés sur une nouvelle platine superposée au mécanisme de base :
Le dispositif de mise en mouvement de la seconde morte ;
Le dispositif d’affichage de la seconde
Ces deux ensembles totalisent soixante pièces qui, à l’exception de quelques vis ont été réalisées à la main, ébauche et finitions avec pour ces dernières le respect des standards de la haute horlogerie :
Poli bloqué et anglage pour les pièces acier. Traits tirés sur les champs.
L’ensemble des pivots est roulé.
Les pièces en laiton sont anglés, cerclés et pour certaines dorées.
Les trois aiguilles réalisées elles aussi à la main sont polies pour la base et les feuilles. Le berçage est satiné et les champs tirés.

P1120584

La mise en fonction de la seconde morte :

Le poussoir :

d’une seule pièce en forme d’éclair, il abrite dans sa partie tube usinée avec deux diamètres différents, la tige de remontoir et le ressort du bouton poussoir. L’ensemble est maintenu par une goupille qui nécessite le perçage du pont de barillet, afin de ne pas tourner autour de son axe. Sa partie en flèche assure la poussée sur le levier de commande.

DSC08138 DSC08153

Le levier de commande :

porte le bec de levier qui repose sur la butée composée d’une vis et d’une rondelle et entraîne en rotation la roue à colonne lorsqu’il est actionné

P1120421 P1120428
Le sautoir :

maintient en position la roue à colonne.

P1120300
La roue à colonne :

en deux pièce superposées tenues par goupille, elle s’articule autour d’une vis à portée.

La finition en est particulièrement soignée :

poli bloqué permis par le fait que la roue est en deux partie et vis à portée revenue au violet.

P1120178 P1120364
Levier d’arrêt :

(hippocampe) articulé lui aussi autour d’une vis a portée.
Ressort double : plaque l’hippocampe sur la roue à colonne et fait revenir le levier de commande sur sa butée.

 

P1120327 P1120348

L’affichage de la seconde morte :

Le Pont « Triplice » : tenu par une vis et deux goupilles invisibles chassées par-dessous, il est trempé puis revenu au bleu.
Sa confection nécessité plusieurs étapes d’ajustement.
Ce pont à l’esthétique originale, élancée et fluide porte l’axe de l’aiguille des secondes, la roue Favre, le pivot de la roue d’échappement et le pivot du barillet de seconde morte, ce dernier recevant son énergie de la roue moyenne.
IL est également percé et taraudé pour recevoir le frein en Cupro-béryllium qui assure le bon maintien de la roue de seconde morte (pas entièrement bloquée du fait du jeu nécessaire au bon engrenage) et donc évite le flottement de l’aiguille de seconde morte. Ce dernier appuie sur l’axe de roue de seconde morte qui lui-même traverse la roue de centre (percée de part en part).

 

DSC07698 DSC07714 DSC07715

Le barillet de seconde morte (brevet Raguet de Liman) :

Il se compose d’un pignon de seconde modifié, de la roue de barillet et d’un axe rapporté sur lequel est virolé le ressort spiral.
A noter pour ce dernier une courbure particulière à réaliser lors du réglage, pour la partie qui vient dans la creusure. En effet, l’énergie prélevée venant en déduction de celle animant le balancier, une tension trop forte marque la seconde de façon très franche mais fait varier à la baisse l’amplitude de ce dernier.IL convient également de prendre en compte le supplément d’énergie requis par le fait que l’aiguille de seconde morte du fait de sa longueur, a un centre de de gravité qui n’est pas son axe de rotation.
Ainsi, entre 30 secondes et 60 secondes, la force utilisée est plus importante.

P1120477 P1120476

Le mobile Favre : le cœur du module.

Le Barillet de seconde morte travaille avec un renvoi situé sous la roue Favre dont l’orientation alternée des dents permet le frottement sur deux cames superposées.
Ces dernières sont percées en leur centre pour recevoir un tube enfilé sur l’axe de la roue d’échappement. La position des cames entre elles est assurée par une goupille. Un petit pivot permet de les plaquer.
La roue Favre bloque le renvoi de seconde morte sans cesse mis en mouvement par le barillet. Elle est fabriquée à partir d’un outillage spécifique et d’une fraise conçue et réalisée à cet effet.

P1100175 P1120488 DSC06977

Les aiguilles :

heure et minutes n’ont pas de canon rapporté (il est usiné dans la masse). Découpées sur une plaque de laiton l’arrondi est réalisé manuellement avec un contrôle optique par la lumière.
L’aiguille de secondes est dotée d’un canon assez long, avec une rivure

DSC08181 DSC08184