Histoire et technique

Le Vert d’Orezza

LE VERT D’OREZZA Le Vert d’Orezza ou « Verde di Corsica » ou Diaspro di Corsica est « une roche dure polissable ». IL s’agit d’un gabbro euphotide à smaragdite, autrement dit d’une roche magmatique plutonique ayant refroidi lentement en profondeur, au cœur d’une chambre magmatique. De façon générale, les gabbros sont composés de cristaux de plagiodases (labrador ou bytownite) de couleur blanchâtre, de pyroxènes (diopside…) et de minéraux...
Read More

LE BREVET LOICHOT – 1907

Mentionné dans les antériorités du Brevet CHEZARD, ce brevet montre qu’en dépit de la disparition des montres à secondes mortes au profit des chronographes dès le début du XX eme siècle, les inventeurs continuaient à apporter des amélioration notables.   BREVET LOICHOT

BREVET HOFER, HUMBERT ET BACHMANN – 1904

Ce brevet immédiatement postérieur à celui de Louis Eugène Favre tente également de minorer la difficulté et la coût d’éxécution d’un mécanisme à seconde morte, mais sans la géniale formalisation d’un module. Brevet Seconde Morte Humbert

DE LA SECONDE MORTE – Petite introduction

La complication « seconde morte » présente pour le curieux ou le passionné d’horlogerie et plus particulièrement de montre, des caractéristiques tout à fait uniques qui lui confèrent un charme et un intérêt certains. Ce qui frappe tout d’abord est l’absence d’ouvrage de référence sur ce sujet spécifique. Beaucoup d’information existe pourtant, parfois très détaillée sur le net lorsqu’il s’agit de la description pour certains...
Read More

Un brevet tombé dans l’oubli…

Louis Raguet de Liman Né le 9 septembre 1820 – Rochefort-en-Terre, 56196, Morbihan, Bretagne, FRANCE Décédé le 2 juin 1881 – Besançon, 25056, Doubs, Franche-Comté Comte de Brancion, industriel, dépose ce brevet de 15 ans (puis son additif) le 12 Juin 1852. Passionné d’horlogerie, ce brevet n’est pas le seul à mettre à son actif. Il est issu d’illustres familles de la vieille noblesse d’épée française : Raguet  seigneurs de Liman...
Read More

LE BREVET OMEGA -1945

Dès 1945, Omega dépose un brevet relatif à un mouvement à seconde morte pour une montre de poignet. Il sera commercialisé dans les modèles Synchrobeat au début des années 50. Ce modèle reste mythique pour les amateurs car peu fiable, il est devenu très rare. Le nombre même du peu d’exemplaires réalisés fait débat… BREVET OMEGA – 1945  

Le brevet CHEZARD

Depuis le milieu des années 1950, le brevet déposé par Ebauches SA et manufacturé par la Fabrique d’ébauches de Chezard impose sa conception à la plus part des marques : Rolex, Panerai, Moser, Doxa et bien d’autres comme bien plus récemment Habring² ont utilisé ce mouvement. Outre l’utilisation d’un petit barillet issu du brevet Raguet de Liman, le fouet est remplacé par une très ingénieuse...
Read More

Le brevet de Louis Eugène Favre – 1er Août 1903

Louis Eugene Favre (1864?-1919) est membre de la Famille Favre de Cormoret. Cette famille d’artisan possède dès le XVIII eme siècle moulin et scierie. Il créera avec ses frères la première usine d’Horlogerie de Cormoret (cf l’ouvrage de Franck VAUCHER) « Favre Freres Cormoret – La Neuville » en électrifiant grâce aux eaux de la Suze les installations bâties sur les sites des moulins et déposera plusieurs...
Read More

Jaeger Lecoultre : la Seconde Vraie

Depuis 2016, La prestigieuse manufacture impose la seconde morte dans sa gamme « Géophysique » , associée au balancier Gyrolab dans son nouveau calibre 770.   ENGLISH : DESCRIPTION JAEGER LECOULTRE TRUE SECOND